73 heures avec Mickaël Pichon

Par Stanley Leroux - stanleyleroux.com
page 3/10

Samedi

« Ce sera pour une autre fois »

8h30, réveil. Pas de grasse matinée chez les Pichon, surtout avec les bambins qui mettent la zizanie de bonne heure. Micka s’étonne : « Zach se lève plus tôt le week-end qu’en semaine, où il y a pourtant école. Le week-end, il pourrait dormir autant qu’il veut, mais il est débout à la première heure ! ».

Sur le coup de 10h, nous partons avec Micka et Zach à Saint Saturnin, rejoindre Pascalito au terrain Supercross privé de Micka. « Tu verras, le terrain a été refait, il est nickel », me dit Micka en chemin. Sauf qu’arrivé à destination, le brouillard est tellement omniprésent qu’on ne voit rien. Pas la peine d’essayer de rouler dans ces conditions, ce serait dangereux. Retour à la maison, en appelant Pascal pour lui dire qu’il peut faire demi-tour. « Ce sera pour une autre fois », dit Mickaël à son fils, qui était bien motivé pour essorer la poignée de gaz au guidon de son PW.

Après nous avoir montré une vidéo amateur filmée lors de son endurance, Micka allume AB Moteurs. On tombe en plein milieu d’un documentaire sur Sébastien Bourdais, le fameux pilote Manceau multiple champion de la série Champ Car qui, avec Mickaël, fait la fierté de la Sarthe et de ses sports mécaniques.
On écoute successivement des interviews de Sébastien et de son père, qui témoignait notamment de tout le stress et l’anxiété qu’il pouvait ressentir en voyant son fils pratiquer un sport comportant tant de risques. A l’écoute de ces paroles sages, Micka ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec son père, qui tient également ce rôle majeur et difficile depuis les débuts de son fils.

« Page précédente | Page suivante »
Enthousiaste pour aller rouler, mais la météo en décidera autrement.